CFTC Défense

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

Du 1er au 8 décembre 2022
Votez pour défendre vos revendications à nos côtés
Votez pour l'Alliance CFTC-Défense-CGC !

 

Covid-19 : Télétravail occasionnel.

 

 

Le télétravail constitue depuis lundi 16 mars la modalité d’organisation du travail de droit commun, dès lors que les activités peuvent être télétravaillées.

L’article 49 de la loi n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique prévoit le recours au télétravail ponctuel dans la fonction publique. Un projet de décret modifiant le décret n°2016-151 du 11 février 2016 relatif au télétravail et prévoyant notamment le recours au télétravail ponctuel doit être prochainement publié.

Ce projet de décret prévoit qu’une autorisation temporaire de télétravail peut être délivrée lorsqu’une circonstance inhabituelle perturbe temporairement l’accès au site de travail ou le travail sur site et que, dans cette situation :
  • il est possible de déroger à la règle de présence sur site qui s’impose aux télétravailleurs ;
  • il est possible d’autoriser l’utilisation de l’équipement informatique personnel de l’agent.

La date d’examen de ce projet de décret en séance au conseil d’Etat était initialement fixée au 24 mars.

 

 

Toutefois, il est juridiquement possible de mette en œuvre le télétravail occasionnel sans attendre la publication de ce décret.

Dans la situation actuelle, le télétravail occasionnel peut ainsi être mise en œuvre selon les modalités prévues par le décret n°2016-151 avec certains aménagements liés à la particularité de la situation :

Formalisation de la demande :

Le télétravail doit faire l’objet d’une demande écrite de l’agent et d’une autorisation. Cette autorisation n’est pas normée par le décret et ne doit pas nécessairement prendre la forme d’un arrêté individuel ou d’une convention. La demande et l’autorisation peuvent être transmises par courriel.

Dans le cadre des circonstances actuelles, un suivi a posteriori des agents placés en télétravail suffit mais, même allégée, cette formalité peut s’avérer nécessaire pour les services dotés d’un outil de gestion des temps (régularisation de la situation des agents dans l’outil).

Modalités d’organisation du télétravail occasionnel :

L’assurance des risques professionnels des télétravailleurs est couverte par l'employeur : l’Etat. Il n’est pas utile de demander une attestation d’assurance de leur domicile aux agents en télétravail.

Il est utile de rappeler aux agents en situation de télétravail les règles relatives au respect des horaires de travail et de repos, les bonnes pratiques en matière de déconnexion ainsi que des conseils ergonomiques relatifs au poste de travail, et ce d’autant plus que la durée de la situation actuelle n’est pas connue.

En principe, le télétravail suppose la production par les agents d’une attestation de conformité des installations électriques. Cela relève actuellement de la formalité impossible mais quelques conseils peuvent être délivrés, avec l’aide des préventeurs et des services informatiques, quant aux précautions techniques et de sécurité à prendre.

Il peut également être utilement rappelé aux agents que les règles du droit public relatives à la responsabilité de l’administration du fait des agents ne sont pas modifiées lorsqu’ils sont en télétravail et que l’accident survenu sur le lieu où est exercé le télétravail pendant l’exercice de l’activité professionnelle est présumé être un accident de service, comme s’il était intervenu dans les locaux de l’administration.

Enfin, il convient de préciser que les exigences en termes d’attendu et de suivi du travail doivent prendre en compte le fait que de nombreux agents doivent télétravailler dans des situations qui peuvent être difficiles, notamment dans un logement qu’ils partagent souvent avec d’autres membre de leur foyer.

Les risques professionnels auxquels peut-être exposé le télétravailleur :

  • risques liés à la protection des données sensibles, à l’atteinte à la confidentialité, à la disponibilité et à l’intégrité des données,
  • risques liés à la protection des biens professionnels (vol, incendie…),
  • risques liés à la mise en cause de sa responsabilité civile professionnelle.

Au ministère des armées, les agents disposant d’un ordinateur Intradef portable sans solution SMOBI peuvent être autorisés, sous certaines conditions, à utiliser ce matériel dans le cadre du télétravail occasionnel dans le respect des règles de sécurité transmises par l’OSSI.

Télécharger en PDFRetour